Publié par : Le Sybarite | 15 avril, 2008

Les saveurs du sybarite

En consultant mes mails je découvre celui de « Tunis » mon acolyte virtuelle et gourmande de la blogosphere tunisienne :

Je suis un fidèle de son blog. Ses posts sont élégamment rédigés, souvent drôles et pleins de tendresses envers ses amies des blogs culinaires. Le plus étonnant est qu’elle ne que cuisine que depuis deux ans. Au vu des résultats, on comprendra qu’il n’est point besoin de trainer dans les jupons de sa mère pour bien faire.

Voici son mail :

« Bonjour le Sybarite,
Comme je le devine, tu es un fin gourmet, je t’invite à un jeu savoureux, si tu le veux bien. Tu en trouveras les modalités sur mon blog. A bientôt! »

Le but du jeu est de me découvrir gastronomiquement parlant en proposant 10 associations de saveurs

Voici donc mes réponses :

Oeuf de ferme / Parmesan

Lorsque j’ai la chance d’avoir ces deux produits chez moi, je n’hésite pas. Au petit déjeuner je fais cuire un œuf à la coque. Je le retire au moment ou le blanc est dure et le jaune moelleux. Je décortique l’œuf, le dépose dans une petite assiette chaude. Un large filet de ma meilleure huile d’olive, quelques copeaux de parmesan. Un petit coup de moulin à poivre, une pincée de sel. Un morceau de bannette que je fais légèrement griller. Et hop ! Je suis d’attaque pour la journée.

Huile d’olive / Pain de Campagne

Je suis un amoureux de l’huile d’olive. Je suis triste de voir que nous autres tunisiens nous n’avons pas réussi à mettre en valeur l’excellence de ce produit. A l’étranger lorsque l’on parle d’huile d’olive on pense à l’Italie, l’Espagne ou la Provence jamais à la Tunisie. Le plus grave est que le reste du monde s’est lancé dans des techniques modernes de production d’oliveraie pour avoir sa part d’or vert, augmentant d’année en année leur part de marchés. Des pays comme les Etats-Unis, l’Australie ou le Chili totalement absent il y a peu, font le forcing pour rattraper le temps perdu. Ils arrachent des vignes et plantent des cultures intensives. Aujourd’hui ils savent produire des huiles extrêmement compétitives, aux arômes multiples qui plaisent aux nouveaux consommateurs.

Escargot / beurre persillé

Je me souvient, enfant, par une belle journée ensoleillée nous étions invité à déjeuner chez des amis à mes parents. Ils habitaient sur une péniche en bord de seine. J’étais fasciné par ce que je voyais, ils formaient dans mon esprit un couple d’aventurier hors du commun, parcourant le monde à bord de leur embarcation, bravant tempêtes et pirates au long cours.

Les entrées étaient composées d’escargots de bourgogne arrosés de beurre persillé. Jamais auparavant je n’avais vu ça. Ma sœur s’est refusé à y gouter. J’étais intrigué, en d’autres circonstances j’aurais certainement, moi aussi, usé de mon droit de véto, mais en face de mon couple de baroudeur je voulais me montrer à la hauteur. J’y ai donc gouté et j’ai succombé avec délice aux plaisirs de la cuisine bourguignonne.

Roquefort / Cornichons

Les douze premières années de ma vie je détestais le fromage. Au point de me lever de table lorsque mes parents avaient l’outrecuidance d’en servir lors des repas. Un jour un ami de la famille, fromager, pour qui j’avais de l’affection m’a convaincu de gouter un petit morceau de Barbarin. Petit à petit je me suis mis à gouter tous les fromages qui passaient devant moi. Aujourd’hui je suis un inconditionnel des fromages de caractères comme le camembert de Normandie, du crottin de chavignol, l’époisses de bourgogne, la fourme d’Ambert et autres saint Marcellin ou vacherin mont d’or. Les fromages tunisiens ne sont pas en reste, la qualité c’est amélioré et l’on trouve de l’excellente mimolette, du morbier, sans parler de l’incontournable Numidia, qui lorsqu’il est bien affiné n’a rien à envier aux roqueforts français.

Huîtres / Vin blanc

Lorsque je partais en France, la première chose à faire était de m’installer chez un huîtrier et m’enfiler des fines de claire napées de quelques gouttes de citron et accompagné d’un verre de vin blanc sec et fruité. Aujourd’hui je me régale des productions ostréicoles bizertine.

Gibier / Champignon des bois

A l’automne je me régale de poêlées de champignons cueillis dans la région de ain draham. Il m’arrive d’aller souvent au marché central de Tunis uniquement pour trouver quelques girolles, des trompettes de la mort ou des cèpes. Si en plus mes amis me ramènent de leur chasse des cailles, lièvres, grives et étourneaux…

Artichaut / Vinaigrette

En ce moment j’en profite. J’ai un petit restaurant ou je vais parfois me sustenter à midi et qui propose en saison des artichauts cuits entier dans de l’eau bouillante. Quel plaisir de l’effeuiller délicatement avec les doigts et tremper la partie charnue dans la vinaigrette. Une fois que toutes les feuilles ont été enlevées, il reste le meilleur : Le cœur

Asperges / Miel

Encore un légume dont je raffole. Je mange les asperges à toutes les sauces :

Vinaigrette avec quelques lamelles de parmesan, en flan, en tarte, en risotto, en velouté… les vertes sont mes préférées surtout lorsqu’elles sont rehaussées d’une note sucrée comme du miel mélangées à un fromage de chèvre onctueux.

Cote de bœuf / Os à moelle

Chemin faisant je me rend compte que je mange de moins en moins de viande. Mais lorsque l’occasion se présente je craque pour une savoureuse cote à l’os ou mieux encore une cote de bœuf saignante tartinée de son os à moelle parfumée à la fleur de sel.

Pâte feuilletée / Fruits

Et pour finir un dessert. J’en prends rarement je suis du genre salé mais je me laisse facilement tenter par une belle tarte à la rhubarbe, aux pommes caramélisées ou encore aux abricots.


Responses

  1. Comme je suis contente de te relire! Et quelle lecture! Bon, tout d’abord, non seulement je devine que tu es un fin gourmet mais, en plus, je suis sûre que tu es un très bon cuisiner: des recettes! des recettes! des photos! des photos!!! Tes associations sont vraiment raffinées, délicates. Beaucoup sont liées à des souvenirs d’enfance. Je partage ton goût pour certains des ingrédients cités, mais je les ai rarement associés ainsi, cela m’intrigue beaucoup et pour peu, je me convertirais à la viande rouge, aux oeufs de ferme, au gibier (la dernière fois, je devais avoir 6 ans, au Maroc, époque où j’avalais tout stoiquement…), aux escargots (même lieu, avec les larmes d’une enfant affamée dans les souks « el malahine » à Fès), et au mélange sucré/salé (asperge-miel). Please, ne t’éclipse plus aussi longtemps et partage avec nous tes recettes, tes coups de coeur, tes photos.

  2. de retour enfin……de l île de Rodrigues je voudrai à nouveau te remercier de cette si belle soirée chez toi

    Grazie

    a presto

    http://rachedelgreco.blogspirit.com/

  3. Sybarite, je m’inquiète un peu beaucoup, pleaaaaaaaaaaaaase, de grâce, je n’arrête pas d’imaginer les bons plats que tu pourrais nous décrire et préparer!!!Si en plus, si Rached en parle, c’est de la torture…Même sans photo, je veux une recette, vite vite viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite

  4. Oullllllllllllà, tu as disparu de la blogosphère toi!!!Allez, reviens vite pour un autre jeu autour de la méchouia, viiiiiiiiite, on s’inquiète là

    http://crimetcondiment.blogspot.com/2010/07/concours-la-mechouia-dans-tous-ses.html


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :